Loi sécurité nationale de Hong Kong

La loi a été adoptée à l’unanimité par les 162 membres du Comité permanent du Congrès populaire national du peuple, hier mardi et signé directement par le président chinois Xi Jinping. La loi interdisant les actes de sécession, de subversion, de terrorisme et de collusion avec des forces étrangères pour mettre en danger la sécurité nationale, devrait entrer en vigueur aujourd’hui, mercredi 1er juillet, jour du 23e anniversaire de la rétrocession de Hong Kong à la Chine par les britanniques.

Dans le même temps, Joshua Wong , Nathan Law et Agnes Chow ont annoncé qu’ils quittaient le parti Demosistō, parti co-fondé par Joshua Wong. Tous les trois annonçant vouloir s’engager dans le combat à titre personnel et non plus au nom du parti. Le parti Demosistō est considéré comme l’une des principales cibles de la loi, notamment suite au déplacement aux Etats-Unis de Joshua Wong, alors secrétaire général du Parti, l’année dernière. En cause, son témoignage devant une commission au Capitole des États-Unis et sa rencontre avec la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, en septembre dernier. Studentlocalism, un groupe pro-indépendance formé par des étudiants en 2016, a suivi peu de temps après et a annoncé sa dissolution.

Pour Amnistie internationale, l’adoption de la loi serait, je cite,  « la plus grande menace pour les droits de la personne dans l’histoire récente de Hong Kong».

Le Conseil des affaires continentales de Taïwan a publié une déclaration très critique, affirmant que la loi sur la sécurité nationale était un autre moyen pour Pékin de resserrer son contrôle sur Hong Kong, prenant note de la décision des États-Unis de suspendre le statut spécial de la ville et souligant que Taipei suivait de près la situation à Hong Kong, qu’elle considérait comme un territoire spécial différent de la Chine continentale.

Séoul exprime ses préoccupations concernant la loi sur la sécurité

La Corée du Sud s’est dite également préoccupée par les conséquences de l’adoption de la loi sur la sécurité sur ses liens économiques avec Hong Kong.

La Grande-Bretagne a également réagit à travers son ministre des Affaires étrangères, Dominic Raab, qui a déclaré : « Nous sommes profondément préoccupés par l’adoption par Pékin de la loi sur la sécurité nationale”.

L’Union européenne s’est également exprimée, « Nous déplorons cette décision« , a déclaré le Président du Conseil de l’UE, Charles Michel, lors d’une conférence de presse à la suite d’un sommet vidéo avec le Président sud-coréen Moon Jae In, rapporte Reuters. « Cette loi risque de compromettre gravement l’autonomie de Hong Kong et d’avoir un effet préjudiciable sur l’indépendance du pouvoir judiciaire et l’état de droit« , a-t-il déclaré.

Loi sur la sécurité nationale et Etats-Unis

Le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross a déclaré que pour Washington, la nouvelle loi augmente le risque que les exportations de technologies américaines vers Hong Kong soient détournées pour être utilisées par l’armée ou les autorités chinoises. Les États-Unis ont averti que des mesures étaient actuellement à l’étude pour revoir le traitement particulier qu’ils accordent à Hong Kong. De son côté, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a annoncé hier mardi que les États-Unis cesseraient d’exporter du matériel de défense américain à Hong Kong pour des raisons de sécurité. « Nos actions ciblent le régime, pas le peuple chinois. Mais étant donné que Beijing traite maintenant Hong Kong comme « un pays, un système », nous devons le faire », a déclaré Mike Pompeo. Le secrétaire d’Etat américain a indiqué dans un tweet hier matin, que les menaces du Parti communiste de restreindre les visas de citoyens américains étaient le « dernier exemple du refus de Pékin d’accepter la responsabilité d’avoir rompu son engagement envers le peuple de Hong Kong ».

A noter que les  États-Unis étaient le deuxième partenaire commercial de Hong Kong en 2019, avec des échanges commerciaux d’une valeur de 516 milliards de dollars HK (67 milliards de dollars US), selon les données officielles.

La cheffe de l’exécutif, Carrie Lam, a déclaré au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies hier que la loi sur la sécurité nationale à Hong Kong ne compromettrait pas l’autonomie de la Région administrative spéciale. Elle a également déclaré que la loi ne sera pas rétroactive.

Rugby Sevens

Annulé pour cause de pandémie, le Cathay Pacific/HSBC Hong Kong Sevens avait été reporté à la rentrée. L’organisation a annoncé hier que le tournoi aura finalement lieu du 2 au 4 avril 2021.

Tous les billets achetés par les canaux officiels de HKRU seront honorés pour l’événement d’avril 2021 ou pourront être remboursés, tandis que le vote public ne sera pas tiré – de plus amples renseignements sur la billetterie sont disponibles sur le site Web Sevens de Hong Kong à :

www.hksevens.com.

Actualité de la communauté

Rappel des événements de Chorus.

Samedi 4 juillet, c’est à l’aftermath que vous pourrez écouter le groupe HKF de 20h15 à 21h15.

Informations : https://www.facebook.com/events/724001901668773/

The Aftermath Bar – L/G, 57-59 Wyndham Street, Hong Kong

Samedi 11 juillet : Le retour de CHORUS AT THE WANCH où l’ensemble des élèves se produiront de 18h30 à 21h.

https://www.facebook.com/events/298634528192960/

Tous ces événements sont gratuits.

The Wanch – 54, Jaffe Road, Wanchai

Enfin la météo avec des températures qui iront de 28 à 33° avec des averses. Aujourd’hui mercredi 1er juillet nous fêtons les « Thierry »